[Zoom sur] Mister Tif

Arrivé il y a à peine deux ans en France, Toufik a galéré un moment avant de trouver une stabilité et de pouvoir reprendre le rap. Pas facile de quitter sa ville natale, Alger, où il s’était fait connaître. Après quelques mois sans papiers, loin des siens mais déterminé à finir ses études, il s’inspire de son quotidien, de l’adrénaline de la vie pour construire son propre univers, authentique et humain.

Plongé très tôt dans la culture urbaine, il commence à gratter ses premiers textes à 13 ans, inspiré par de nombreux rappeurs et des battles comme les Rap Contenders. C’est vers 15 ans que le rap prend une vraie place dans sa vie : repéré par une lyonnaise, il signe un premier contrat qui lui permet d’enregistrer et de clipper de nouveaux sons. Il rencontre ensuite Laidoss de T-max record (qui a enregistré des rappeurs tel que Demi Portion, Fianso…) avec qui il avance jusqu’à ses 18 ans.

En venant en France, Mister Tif laisse ses fans en Algérie, où il payait rarement les studios. Ici, la réalité est différente mais sa passion pour le rap le motive à persévérer. Il se remet à écrire et rencontre Alex Mouchet, qui travaille aussi avec La Jungle, et Robin de OnR Studio, avec lesquels il enregistre l’Alchimiste :

Si Alger manque, le recul lui donne envie de faire un rap moins commercial pour s’affirmer en proposant des sons de qualité et des textes travaillés. Rentré en Algérie pour des vacances, il réalise trois clips en un mois, dont Mal du pays. Pendant le vol retour, il écrit Bien du pays et l’enregistre trois jours plus tard :

Mister Tif enchaîne les sessions d’écriture, les Open Mics et les freestyles sur les berges du Rhône. Il participe aux Rap Contenders à Lyon, un événement qu’il avait organisé avec des amis en 2013 à Alger. Si ses études restent sa priorité, il met beaucoup plus d’énergie dans son rap. Loin de sa famille, il est comme un arbre sans racines. De passage en Algérie, un freestyle avec son pote Karim lui donne un nouveau souffle :

Bref, Toufik est hyperactif, toujours à la recherche de nouveaux challenges, de rencontres et de progression. Si vivre loin de son pays de cœur n’est pas toujours facile, galérer lui donne des forces : « c’est en vivant le pire que l’on récolte le meilleur ». Ressentir et vivre des trucs sont ses principales sources d’inspiration. Il y a une semaine, il sortait un nouveau clip pour My Home Studio avec LY Napalm et Aldezio Machione :

Bientôt sortira Pokemon Go, un son qu’il a freestylé tout l’été. Même s’il rap depuis des années, Mister Tif se redécouvre à chaque pas en studio. Il écoute tellement de choses qu’il est sans cesse influencé : Nekfeu, Travis Scott, PNL, Kendrick Lamar, Lino, Freeklane… C’est ce qui lui permet de progresser, de ne pas s’enfermer dans une case et dans la facilité.

Etre indépendant lui permet d’être libre et de faire son truc à sa façon. Même si ça demande deux fois plus d’efforts, c’est ce qui lui convient le mieux : il crée des connexions pour avancer doucement, mais sûrement.

À tout juste 20 ans, Mister Tif déborde d’énergie. Les textes, la voix et le flow semblent déjà affirmés, mais le jeune rappeur continue de s’améliorer. Son objectif ? Privilégier le côté humain et chaleureux de la musique en mariant parfaitement le fond et la forme. Croyez-nous, vous n’avez pas fini d’en entendre parler !

Page Facebook 

@Clément

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACT US

Envois nous un message, on répondra dès que possible.

En cours d’envoi

©2017 Team LLAB.

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account